Retour à l'accueil
FESTIVAL INTERNATIONAL DE TANKA
  • 2017
  • 2015
    
Date de mise à jour :  

Festival et dixième anniversaire des Éditions du tanka francophone
festival de poésie brève - tanka

Dans le cadre du Festival de poésie de Montréal, organisé par la Maison de la poésie, nous organiserons un festival spécifique autour de la poésie brève qu'est le tanka et fêterons le 10ème anniversaire de la création de la Revue et des 
Éditions du tanka francophone.
Les activités spécifiques autour du tanka auront lieu du jeudi soir au vendredi soir (1er et 2 juin), ainsi qu'une balade poétique dans les rues de Montréal sur le thème de l'urbanité le samedi 3.
Par contre, les éditions du tanka francophone seront sous le chapiteau du festival de poésie de Montréal du 1er au 4 juin 2017
Le titre du projet : D'un continent à l'autre, les poètes japonais et francophone du tanka

Partenaires :

  • Festival de poésie de Montréal (Québec / Canada)
Festival de poésie de Montréal
  • Union des Écrivaines et Écrivains du Québec
  • Librairie Olivieri de Montréal
  • Association Francophone des Auteurs de Haïbun


Appel à souscription pour soutenir le festival et permettre aux auteurs  d'y participer
Notre Organisme à But Non Lucratif n'a pas pu obtenir de l'aide des organismes publics, bien que nous ayons déposé les dossiers largement dans les temps (août 2016) ; ce qui est désolant quand on sait que la culture est un rempart contre le repli sur soi et les intégrismes de tous bords.
Aussi nous faisons appel à souscription, sachant qu'au Canada comme en France, il nous est permis de vous faire un reçu.

Parmi les poètes qui seront présents :

Micheline Aubé Janick Belleau Maxianne Berger
Claire Bergeron
Micheline Aubé Janick Belleau Maxianne Berger Claire Bergeron
Dominique Decamps Jean Dorval Danièle Duteil Martine Gonfalone-Modigliani
Dominique Decamps Jean Dorval Danièle Duteil Martine Gonfalone-Modigliani
Josette Pellet Hélène Phung Patrick Simon
Jo(sette) Pellet Hélène Phung Patrick Simon André Vézina
Taki Kanaya Francine Minguez
Taki Kanaya, linguiste Francine Minguez

Ainsi que :  Micheline Comtois-Cécyre, Michel Duteil, Céline Landry, Francine Minguez, Isabelle Neveu, Diane Robert, Rodrigo Sandoval, Françoise Serreau, Louise Vachon, et probablement d'autres qui vont encore s'inscrire

Présentation des activités autour du tanka :

Présentation d’une table-ronde autour de la poésie de forme tanka, Jeudi 1er juin à 20h,  Librairie Olivieri (5219 Chemin de la Côte-des-Neiges, Montréal, métro Côte des Neiges).

En partenariat avec la Librairie Olivieri qui nous accueillera et la Maison de la poésie : Table-ronde sur l’évolution du tanka :en Amérique du Nord, en Europe. Présence de poètes du Québec (Claire Bergeron, Jean Dorval) et de poètes étrangers (Martine Gonfalone-Modigliani et Danièle Duteil pour la France). Animation par  Patrick Simon

Comment l’écriture de la poésie brève, et notamment du tanka a évolué depuis sa découverte dans la francophonie et en Amérique du nord, comme au Japon contemporain. Et pourquoi elle est autant pratiquée en ce début de 21e siècle. Les intervenants répondront aux questions du public après leur brève présentation de leur point de vue.

Présentations des ateliers autour du tanka le Vendredi 2 juin 2017, à la Maison des écrivains (3492 Avenue Laval, Montréal, métro Sherbrooke) :
 

10h à 12h : Kakaï (concours de tanka), animé par André Vézina et Maxianne Berger, à la Bibliothèque Bruno-Roy de la Maison des écrivains. Les résultats seront annoncés sous le chapiteau du Festival de la poésie de Montréal le dimanche 4 juin.

 

Atelier découverte du tanka et tensaku : 14h à 16h, animé par Martine Gonfalone-Modigliani et Patrick Simon

Le tanka, forme poétique brève originaire du Japon s’est développé dans le monde et se pratique encore aujourd’hui. Une présentation de cette forme toujours actuelle sera faite en début d’atelier afin de comprendre pourquoi un tel engouement au 21e siècle.

On peut ne jamais être un « excellent poète de tanka », mais on peut toujours devenir un « meilleur » poète de tanka.  Cette réflexion nous a amenés à pratiquer le tensaku, sur la base du volontariat, avec des auteurs qui n’étaient pas satisfaits de leur tanka ou sur des tankas proposés pour une publication, auxquels il ne manquait pas grand-chose pour être acceptés. Une expérience enrichissante d’accompagnement et d’échanges, au terme de laquelle le poète reste libre de choisir sa formulation. C’est cette pratique que nous nous proposons d’illustrer et de partager avec vous.

 

16h – 18h : Atelier tanka-prose et haïbun, animé par Danièle Duteil (France)

Depuis l’avènement de l’écriture japonaise, les poètes ont associé la prose et la poésie au Japon. Peu à peu, cette forme s’est popularisée. Depuis les années 2000, la pratique s’est développée chez les auteurs de poésie brève, du haïku comme du tanka.

Après une présentation de cette forme littéraire, l’atelier fera saisir aux participant.es les interactions existant entre la prose et la poésie, de sorte que ces deux formes puissent être reconnues comme genres littéraires à part entière. Il orientera en particulier vers un travail affiné de l’écriture, qui permettra un passage fluide de la prose à la poésie, ou inversement, amenant tout spécialement les écrivants à privilégier les vertus créatrices de la suggestion.


Présentations des conférences autour du tanka le Vendredi 2 juin 2017, à partir de 20h à la Maison des écrivains (3492 Avenue Laval, Montréal, métro Sherbrooke) :

En présence de Monsieur FUTAGI Takashi, Directeur du Centre culturel et d’information à l’Ambassade du Japon au Canada qui dira quelques mots. Présence également d'un Représentant du Consulat du Japon à Montréal

1)      - Commet dit-on « Je t’aime » en japonais ? par Monsieur Kanaya Taki (auteur, traducteur et interprète japonais, Montréal). Une simple expression « Je t’aime » en japonais semble dévoiler toute une différence culturelle entre l’Occident et le Japon. À travers cette conférence j’essayerai d’expliquer, d’une part, pourquoi les Japonais adorent faire des poèmes courts (Haïku et Tanka), et d’autre part, pourquoi notre politique demeure si passive face aux discours agressifs, entre autres ceux des Américains et des Chinois.

2)      Manga et tanka : écrire dans les interstices, par Patrick Simon (Montréal/Marseille).

Le manga comme le tanka sont un produit culturel en provenance du Japon mais qui sont devenus universels. Ce n’est plus par exotisme qui interpelle, mais au contraire par proximité où l’on partage un imaginaire codifié et qui joue dans les interstices de la société d’aujourd’hui. L’image ou la brièveté des mots se juxtaposent avec un approfondissement des sentiments qui reflètent précisément les évolutions de la société contemporaine. Deux auteurs vont présenter leur point de vue sur cette proximité du manga et du tanka.

 

3)      L'ici ou l'ailleurs - une poésie du lieu dans la Revue du tanka francophone (2007-2017), par Janick Belleau (Longueuil / Québec)

Où trouver une poésie du lieu ? Dans ce cas-ci, dans les tankas de poètes contemporains publiés dans la Revue du Tanka francophone. Comment en parler ? En allant du lieu Espace jusqu’aux lieux de la Sensualité en passant par le lieu de la Mémoire (Temps). Les poèmes courts sélectionnés – quelle réflexion ou émotion suscitent-ils chez la lectrice que je suis ?

 

4)      Tanka prose, de la description à la suggestion, par Danièle Duteil (Bretagne / France)

Le tanka-prose, composition littéraire hybride mêlant prose et tanka, pique l’intérêt depuis une dizaine d’années en Occident. Mais comment cette forme fonctionne-t-elle ? Est-ce une simple juxtaposition de prose et de tanka ? Ou un genre distinct ? On rappellera d’abord la spécificité de chacun des deux éléments, l’un descriptif, l’autre suggestif, puis on cherchera s’ils interagissent entre eux, pour enfin considérer de quelle manière s’effectue le glissement de l’un vers l’autre.

 

5)      Présentation de la conférence « La suggestion dans le tanka », par Martine Gonfalone-Modigliani (Var / France)

Comme toute forme poétique, le tanka, pour autant qu’il dise quelque chose, ne doit pas tout dire, et encore moins expliquer ou commenter. C’est la suggestion que vise alors le poète. Nous nous proposons dans cette intervention, après avoir précisé la signification exacte du terme « suggérer », de montrer, exemples à l’appui, les écueils à éviter et les moyens stylistiques dont dispose le poète pour atteindre la suggestion dans son tanka.


Présentation d’une balade poétique dans les rues de Montréal le samedi 3 juin 2017 entre 10h et 12h. Rendez-vous à 10h devant le métro Mont-Royal, à l'entrée du chapiteau du festival de poésie de Montréal

10h à 12h : ginkgo (balade poétique dans un quartier de Montréal sur le thème de l’urbanité, en lien avec le 375ème anniversaire de la ville de Montréal), coanimé par Francine Minguez et Patrick Simon.




Programme officiel et définitif 2017


Jeudi 1er juin : Table-ronde : Librairie Olivieri (5219 Chemin de la Côte-des-Neiges, Montréal, métro Côte des Neiges).

  • 20h – 22h : En partenariat avec la Librairie Olivieri qui nous accueillera et la Maison de la poésie : Table-ronde sur l’évolution du tanka :en Amérique du Nord, en Europe. Présence de poètes du Québec (Claire Bergeron, Jean Dorval) et de poètes étrangers (Martine Gonfalone-Modigliani et Danièle Duteil pour la France). Animation par  Patrick Simon

 
Vendredi 2 juin : Ateliers à la Maison des écrivains (3492 Avenue Laval, Montréal, métro Sherbrooke). Attention : les places dans chaque atelier sont limitées à 15 personnes.  Par contre, pas de limitation pour les conférences ou le kaKaï

 

  • 10h à 12h : Kakaï (concours de tanka), animé par André Vézina et Maxianne Berger, à la Bibliothèque Bruno-Roy de la Maison de l’Uneq. Les résultats seront annoncés sous le chapiteau du Festival de la poésie de Montréal le dernier dimanche du festival.
  • 14h – 16h : Atelier découverte du tanka et tensaku (ce qu’est le tanka aujourd’hui et à partir de poèmes soumis par les participants, amélioration collective des tanka proposés par des auteurs ; animé par Martine Gonfalone-Modigliani et Patrick Simon
  •  16h – 18h : Atelier tanka-prose et haïbun, animé par Danièle Duteil (France) ; ces ateliers auront lieu à la Maison des écrivaines et écrivains québécois.
Conférences : également à la Maison des écrivains, en présence de Monsieur FUTAGI Takashi, Directeur du Centre culturel et d’information à l’Ambassade du Japon au Canada qui dira quelques mots. Présence également d'un Représentant du Consulat du Japon à Montréal
  • 20h à 22h30 : à la Maison des Écrivaines et des Écrivains québécois Conférences, avec questions-réponses (les conférences sont limitées à 20 minutes par intervenant) :

- Commet dit-on « Je t’aime » en japonais ? par Monsieur Kanaya Taki (auteur, traducteur et interprète japonais, Montréal)

- Manga et tanka : écrire dans les interstices, par Patrick Simon (Montréal/Marseille)

- L'ici ou l'ailleurs - une poésie du lieu dans la Revue du tanka francophone (2007-2017), par Janick Belleau

- Le tanka-prose : de la description à la suggestion
Le tanka-prose, composition littéraire hybride mêlant prose et tanka, pique l’intérêt depuis une dizaine d’années en Occident. Mais comment cette forme fonctionne-t-elle ? Est-ce une simple juxtaposition prose/tanka ? Ou un genre distinct ? On s'interrogera sur la manière dont s'opère le glissement entre les deux langages, prose et poésie, l'un plutôt descriptif, l'autre plus suggestif ; puis sur leur interaction, en essayant de dégager l'intérêt de cette combinaison, par Danièle Duteil

- Suggérer dans le tanka, par Martine Gonfalone-Modigliani

 

Samedi 3 juin
 

  • 10h à 12h : ginko (balade poétique dans un quartier de Montréal sur le thème de l’urbanité, en lien avec le 375èmeanniversaire de la ville de Montréal), co-animé par Francine Minguez et Patrick Simon. Rendez-vous à 10h devant le métro Mont-Royal, à l'entrée du chapiteau du festival de poésie de Montréal.
  • 17h30 à 19h30 : Lancement du recueil de Janick Belleau et Danièle Duteil, "De Villes en Rives", à la Librairie  féministe L’Euguélionne, au 1426, rue Beaudry (métro Beaudry) à Montréal. : lire l'invitation

            Dimanche 4 juin : 

 
  •             Sous le chapiteau du Festival de la poésie – métro Mont-Royal

Ce festival est ouvert au public dans le cadre des manifestations organisées par le Festival de la poésie de Montréal (Maison de la poésie).

Du 1er au 4 juin : présence de la Revue et des Editions du tanka francophone sous le chapiteau du Festival de poésie de Montréal (métro Mont Royal) au Québec ; en présence de plusieurs auteurs publiés par nous.

Présentation des intervenants :

Présentation de Janick Belleau

Montréalaise de naissance, Janick BELLEAU est poète, rédactrice et communicatrice. Elle a publié une demi-douzaine de recueils de tankas (D’âmes et d’ailes, Prix littéraire Canada-Japon, 2010) et de haïkus (1er Prix Jocelyne-Villeneuve/Haiku Canada, 2012) et dirigé un nombre équivalent de collectifs.
Pour lire librement ses articles et le texte de ses communications (en France, au Canada, au Japon), veuillez visiter son site bilingue : http://www.janickbelleau.ca/

Présentation de Claire Bergeron

 Claire Bergeron vit à Québec et elle est membre du kukaï-Québec
Elle a publié dans plusieurs collectifs de haiku, dans la revue du tanka francophone, et a publié un recueil aux Éditions du tanka francophone : Impermanence.
Écrire un tanka c’est pour elle : allier l’émotion à l’écho fugace du moment, épurer sa pensée profondément inscrite dans les racines du cœur.
Elle participera à la table-ronde sur l’évolution de la poésie de forme tanka le 1er juin 2017, à 20h, à la Librairie Olivieri (5219 Chemin de la Côte-des-Neiges, Montréal, métro Côte des Neiges).

Présentation de Danièle Duteil :

Native de l’île de Ré, Danièle Duteil vit actuellement dans le Morbihan. Son goût pour la littérature l’a naturellement orientée vers la poésie japonaise, qu’elle pratique à travers le haïku, le haïbun, le tanka et le tanka prose.
En 2011, elle fonde l’Association Francophone pour les Auteurs de Haïbun (AFAH), et dirige la revue trimestrielle en ligne L’écho de l’étroit chemin.

Le haïbun est un genre littéraire japonais ancien combinant prose et haïku

Elle participera à la table-ronde le 1er juin 2017, à 20h, à la Librairie Olivieri (5219 Chemin de la Côte-des-Neiges, Montréal, métro Côte des Neiges).
A la Maison des écrivain, (3492 Avenue Laval, Montréal, métro Sherbrook), elle animera l’atelier haïbun et tanka-prose le vendredi 2 juin 2017, de 16h à 18h. Et enfin, participera à la soirée de conférences, avec le thème Tanka prose, de la description à la suggestion, le même jour et au même lieu.

 Présentation de Jean Dorval

     Jean Dorval vit à Québec. Depuis 1993, onze recueils avec les formes poétiques brèves et les formes japonaises. Particulièrement, ses recueils en lien avec le tanka : Entre deux instants (2009), Crayon, vélo, papillon, tanka et prose poétique (2011), Soleil levain/Leavening Sun, haïkus et tanka, éditions bilingues, traduction de Maxianne Berger, aux Éditions du tanka francophone (2014). Plus récemment, Haïku de foudre/la parole aux poètes ; verbatim d’émissions-radio sur le haïku et le tanka complétées d’entrevues, Éditions Le promeneur des ondées, 2016.
Il participera à la table-ronde sur l’évolution de la poésie de forme tanka le 1er juin 2017, à 20h, à la Librairie Olivieri (5219 Chemin de la Côte-des-Neiges, Montréal, métro Côte des Neiges).

Présentation de Martine Gonfalone-Modigliani

     Poète née à Paris en 1949, demeurant dans le Var (France). Professeur de lettres, elle découvre le haïku en 2000, puis le tanka en 2006. Participe aux éditions du Tanka Francophone, dans la Revue, par des articles et recensions. Membre du Comité de sélection. A publié les recueils Mots de l’entre-deux avec Patrick Simon (2010) et Lèvres litchis (2015). Un 1er et 2ème prix lui ont été décernés pour la composition de tanka en français, par l’association Lyon-Japon Nihonjinkai en 2014 et 2015.

Elle participera à la table-ronde sur l’évolution de la poésie de forme tanka le 1er juin 2017, à 20h, à la Librairie Olivieri (5219 Chemin de la Côte-des-Neiges, Montréal, métro Côte des Neiges).

A la Maison des écrivain, (3492 Avenue Laval, Montréal, métro Sherbrook), elle animera avec Patrick Simon l’atelier Tanka et tensaku (comment améliorer ses poèmes) le vendredi 2 juin 2017, de 14h à 16h. Et enfin, participera à la soirée de conférences, avec le thème Suggérer dans le tanka, le même jour et au même lieu.

Présentation de Maxianne Berger

     Montréalaise, Maxianne Berger, auteure de 4 recueils de poésie dont un renard roux/a red fox, tankas (2014), codirige la revue électronique Cirrus: tankas de nos jours. Elle a animé une dizaine d’ateliers de tanka, a codirigé deux collectifs de tanka, a signé de nombreux articles pour la Revue du tanka francophone dont elle était membre du jury jusqu’à 2013. Ses propres tankas, formes liées, recensions et articles sont publiés à l’international.

Elle animera avec André Vézina le Kakaï (concours de tanka), le vendredi 2 juin 2016, entre 10h et 12h à la Maison des écrivains, (3492 Avenue Laval, Montréal, métro Sherbrook).

Présentation de Patrick Simon

     Franco-canadien, Patrick Simon est essayiste humaniste, romancier (trois romans dont deux publiés aux Éditions Lacour – Nîmes) et poète (parmi ses derniers livres, « Tanka, introduction à la poésie brève », aux éditions Pippa, Paris. Depuis 1984, il a publié une trentaine de livres (romans, essais, poésie). Il est le directeur de la Revue du tanka francophone et des Éditions du même nom. Il est membre titulaire de l’Union des écrivaines et écrivains du Québec.

Il animera la table-ronde sur l’évolution de la poésie de forme tanka le 1er juin 2017, à 20h, à la Librairie Olivieri (5219 Chemin de la Côte-des-Neiges, Montréal, métro Côte des Neiges).
A la Maison des écrivains, (3492 Avenue Laval, Montréal, métro Sherbrook), il animera l’atelier l’atelier Tanka et tensaku (comment améliorer ses poèmes) le vendredi 2 juin 2017, de 14h à 16h. Et enfin, participera à la soirée de conférences, avec le thème Manga et tanka : écrire dans les interstices, le même jour et au même lieu.

Présentation de Francine Minguez

Francine Minguez. Auteure montréalaise souvent présente dans la Revue du tanka francophone, elle fait partie de la seconde anthologie. Elle publie au Québec et à l’étranger individuellement ou dans des collectifs poèmes et prose et elle participe à des projets en chanson et en arts visuels. À ses yeux le tanka combine toutes les formes d’art.

Elle animera le ginko avec Patrick Simon le samedi 10h à 12h : balade poétique dans un quartier de Montréal sur le thème de l’urbanité, en lien avec le 375èmeanniversaire de la ville de Montréal.

Présentation de Taki Kanaya

     Né en 1951 à Hokkaido, Japon. A étudié au Collège Hakodate Lasalle
(1967-71) fondé par les Québécois et ensuite à l’Université de Tokyo (1971-75). M.A en linguistique à l’Université Laval (1982) et Ph. D. en linguistique à l’Université de Montréal (1997). Responsable du programme de la langue japonaise au CETASE (Centre d’Études de l’Asie de l’Est) de l’Université de Montréal (1997-2012). Spécialiste en linguistique, il a publié sept livres en japonais.

Il participera à la soirée de conférences, avec le thème Commet dit-on « Je t’aime » en japonais ? le même jour et au même lieu. Commet dit-on « Je t’aime » en japonais ?
 
Résumé :
Une simple expression « Je t’aime » en japonais semble dévoiler toute une différence culturelle entre l’Occident et le Japon. À travers cette conférence j’essayerai d’expliquer, d’une part, pourquoi les Japonais adorent faire des poèmes courts (Haïku et Tanka), et d’autre part, pourquoi notre politique demeure si passive face aux discours agressifs, entre autres ceux des Américains et des Chinois.

Présentation d’André Vézina

     André Vézina habite Neuville. Il coanime depuis plusieurs années le kukaï de Québec.

Il a été membre du jury de la Revue du tanka francophone.

Il est l’auteur d’un recueil de haïkus (Fumées de mer, Les Éditions David, 2013) et d’un recueil de tanka (Des chaussettes neuves, Les Éditions du tanka francophone, 2012).

Il animera avec Maxianne Berger le Kakaï (concours de tanka), le vendredi 2 juin 2016, entre 10h et 12h à la Maison des écrivains, (3492 Avenue Laval, Montréal, métro Sherbrooke).

 

En 2007, à la médiathèque Gaétan Dostie, à Montréal, au Québec, naissait la Revue du tanka francophone, et l’année suivante les éditions du tanka francophone.  Dix ans plus tard, nous sommes toujours là, et avec un beau palmarès. 
Nous faisons partie du paysage poétique du bref. Au point que le souligne Yves-Marie Allioux dans sa postface du livre de Takuboku, Une poignée de sable, paru chez Philippe Picquier en 2016 : « En Occident et en France, malgré un intérêt ancien, et qui perdure notamment autour de l’équipe de la Revue du tanka francophone, le tanka semble malheureusement susciter moins de vocations à la création ou à la traduction que le haïku.  » et de s’en désoler. Mais pour nous, si le tanka a traversé treize siècles, sans avoir une seule ride, ce n’est pas anodin. La poétique du tanka réside dans le fait qu’elle juxtapose le réel et les sentiments qui s’expriment par notre langage et son écriture, ses signes phénoménaux permettent d’exprimer le réel, ou comme l’ont écrit les poètes japonais, « la poésie en tant que parole de vérité » - « La voix ne se déploie pas en vain, elle exprime le nom des choses. »  C’est cette tradition esthétique qui nous intéresse, autant dans sa forme que dans les sujets contemporains que nous publions depuis cette décennie d’existence.

 

A ce jour ce sont 153 poètes qui ont écrit dans notre Revue et au total 256 auteurs publiés dans notre maison d’édition.

Les tanka qui suivent font partie des recueils primés, et publiés aux Éditions du tanka francophone :

 
 

Tempête de neige -
nuit sans sommeil
dans un lit trop grand
je songe à la mort
comment l’apprivoiser
 
 Janick Belleau
Prix Canada – Japon, 2010 - Conseil des Arts du Canada, pour son recueil D’âmes et d’ailes/of souls and wings
 
 
Sur papier bouffant
Ivoire combien de grammes
Je trace en un jet
Quant à Saint-Germain-des-Prés
Tanka sur la main d’après
 
                                                                                         

 Nicolas Grenier

Prix Paul  Eluard, 2011, Paris, Société des poètes français, pour son recueil  Quant à Saint-Germain-des-Prés, 31 tanka sur la main d’après



Festival 2015 :
AFIT
Festival international de tanka

Courriel : Afit.tanka@gmail.com

Association loi 1901 déclarée à la Préfecture des Bouches du Rhône (France) sous le numéro W133021774
SIRET : 804 388 908 00019
SIRENE : 804 388 908



FESTIVAL

 INTERNATIONAL

DE TANKA

2015








Résultats du concours international de tanka

Quelques photos du festival

Lire la presse sur le festival



Présentation générale

 

En région Provence-Alpes-Côte d'Azur (PACA), en octobre 2015, à Martigues.

 
Invités de marque envisagés : le Directeur de la Revue japonaise, Kokoro no hana, des poètes ayant reçu

des prix internationaux, grâce à leurs ouvrages sur la forme poétique du tanka  (Professeur Ono,

Janick Belleau, Nicolas Grenier, notamment), le Consul Général du Japon.

A l'ocasion du festival international de tanka seront présentés :

- la seconde anthologie du tanka francophone

- l'anthologie des tanka japonais contemporains (en trois langues : japonais, français, anglais)

  

- Opération des livres dans la ville 


________________________________________________________________


Liste des partenaires du festival :

Association Nihonjinkai

AFAH
Lyon Nihonjinkai

Lyon Nihonjinkai (Association Amicale des ressortissants Japonais à Lyon et en Rhône-Alpes" (AARJLRA) qui a été créée en 2009 sous le patronage du Consulat Général de Marseille et du Bureau Consulaire de Lyon.)

Association Francophone des Auteurs de Haïbun
 qui publie également la Revue l'Etroit chemin,
ainsi que des livres, comme l'anthologie de haïbun.,
 "Chemins croisés"

Editions du tanka francophone
Association francophone des auteurs de pantun
Les éditions du tanka francophone, à l'origine du projet de festival et qui publie une revue et des ouvrages autour du tanka.
Pantun Sayang – l’Association Française du Pantoun a pour objet de créer un lieu de rencontre entre les amateurs de pantoun dans le monde, et de promouvoir la connaissance de ce genre poétique et sa créativité dans des langues non originales...
Elle a fait pour le festival une exposition de dialogues entre le pantoun et le tanka.
Partenaires du festival :
Ville de Martigues
Parrainé par le Consulat Général du Japon à Marseille
Maison de la culture du Japon à Paris



Copibec
Revue du tanka francophone


Résultats du concours international de tanka

du Festival international de tanka


2015年 短歌フェスティバル リヨン賞仏語部門

1er Prix ex-éco 一席三首

 

au bord de mon rêve
sur la soie de l'oreiller
un rai de lumière
pourrais je dormir encore
dans l'attente du printemps

 
夢のふち

絹の枕に

光きて
眠りおれるや
春を待ちつつ

            Patricia Camusso

            (Millau / Aveyron / France)


aube lumineuse
où gisent tes cendres père
des lys éclatants
pourquoi ne m'avoir pas dit
avant...que tu m'aimais tant ?

 

premier jour d'été
jusqu'au fond de la piscine
le soleil miroite
personne pour sonder mon cœur
me baignerais-je quand même ?

プールの底
初夏の陽射し
きらめきぬ

誰もわが心を測らずも

されど泳がん

 
           
Anne-Marie Labelle

            (Montréal / Québec - Canada)

 

2ème Prix ex-éco 二席七首

 

écritoire dans l'ombre
-trait de pinceau du soleil
sur la feuille vierge
ah! le chrysanthème blanc
sans une goutte d'encre

翳の筆箱
ましろきページに
陽の筆の

ああ、白菊や
墨一滴もなく

 

Patrick Chaumont

            (Marseille / Bouches du Rhône / France)

 

stores mi-clos
la lumière du matin
entre en pointillés
ils écrivent sur les murs
mes rêves interrompus

ブラインド

朝日を通す
点線が
壁に描きぬ

わが夢の先

 

            Virginie Colpart

            Vergisson / Saône et Loire / France)

 

 la nuit s'effiloche
à la lueur de la lune
et les ombres fuient
vers la lumière éternelle
son sourire à mes côtés

月光に

夜はほころび
遠ざかる
傍らに笑みのあり
永遠(とわ)の光へ

 

             Sandrine Davin

            (Grenoble / Isère / France)

 

lever matinal
sur le pont du vieux sampan
j'essaie d'écrire
et du village flottant
des rires de gosses

朝の日が
平底船(サンパン)の古橋にいず
書かんとすれば
浮きいる村の
子らの笑い

 

            Patrick Faucher

            (Antibes / Alpes Maritimes / France)

 

les gerbes de blé
dansent sous la pleine lune
la nuit s'installe
des étés  combien à vivre
avant l'oubli éternel ?

麦穂ゆれ
満月の出でて

夜の帳
あと幾夏を生きん
遠き忘却(はて)まで

Marie-Alice Maire

(Rungis / Ile de France / France)

 

comme des épées
filent vers un ciel couvert
joncs pourpres et ors
percé d'un rai de lumière
mon corps saigne tristement

剣のごと
曇天に消える
紫金の蒲
光に射抜かれ

鮮血のみゆ

 

Christophe Poirier

            Cran-Gevrier – Haute Savoie / France)

 

 

une nuit d'été
un sans-abri s'est couché
dans un coin du parc
sur sa barbe peu soignée
un tendre rayon de lune

夏の夜に
芝生に寝る

ホームレス
手入れなきひげに

やわらかき月

 

Frans Terryn

(Kortrijk / Belgique)

Résultat de ce concours au format pdf

二〇一五年十月  第三回リヨン短歌賞受賞作品 大野道夫選 題詠「光」
Sélection de tanka « Prix de Lyon – 3e année » par M Michio Ohno

 

1.       おはようの朝のひかりを背カバンに駆け出せ9月 新学期来る
             メドゥビエル由美子・フランスYumiko Medebielle, France

Lumière du matin
un cartable sur le dos
on entend « bonjour »
démarrez septembre en courant
vers la nouvelle classe !

 

2.      きみが放つ光が眩しすぎるから 今日も眺める海の底から
               今川美生・フランスMiki Imagawa, France

                                  
La lumière que tu émets
est tellement éblouissante
que je te contemple
depuis le fond
de la mer

3.      窓ごとに紅い蠟燭灯されて冬のリヨンは平和を祈る
               小山帥人・フランスOsahito Koyama, France
                                  
Aves ses lampions rouges
à chaque fenêtre
illuminée
Lyon de l’hiver
prie pour la paix

 

4.     ガウディの遺したるもの静寂のひかりとなりてふりそそぐもの
               服部崇・フランスTakashi Hattori, France

Ce qu’avait laissé
Gaudi est devenu
la lumière du silence
qui descend
du ciel sur nous

5.      来るあてのないひと待てばおそなつの光は白いカーテン揺らす
               木村久昭・日本(青森)Hisaaki Kimura, Japon
Dans l’attente
d’une personne qui
pourrait ne pas venir
la lumière d’été déclinante
fait vaciller le rideau

 

6.     カーテンの隙間から射す夏の陽は今日の暑さを早々と告げ
               山口剛一・フランスKoichi Yamaguchi

La lumière d’été
qui passe entre les rideaux
nous annonce déjà
la forte chaleur
de la journée

Résulats du concours des poètes japonais en pdf

Programme

Télécharger le programme


pROGRAMME DU FESTIVAL

Vendredi 9 octobre :

- 10h à 12h :Atelier de calligraphie japonaise - par Naomi HAYASHI

Voir le site de  l'animatrice
http://formation-japonaise.jimdo.com/cours-de-calligraphie

ou

- Atelier image et poésie : la bonne distance - par Danièle DUTEIL et Meryem FRESSON :

Cet atelier filé tout au long du festival propose aux participants d'explorer les liens et absences de liens qui peuvent se tisser dans les créations mobilisant deux types d'expression, à travers l'expérience des liens entre texte et image.
Après un atelier d'introduction interactif autour d'exemples de liens texte-image, vous pourrez explorer la ville de Martigues par binômes pour composer de courts poèmes et capturer par la photographie, le dessin ou le collage ce qu'elle vous inspirera.
Les réalisations des binômes apparaîtront au fur et à mesure dans l'espace du festival.
Sur inscription.
Munissez vous de vos appareils photos numériques ou crayons adaptés !

Vendredi après-midi : 14h à 18h :

14-16h : Conférence de Michel Vieillard Baron : A propos du "Recueil des joyaux d'or et autres poèmes", une anthologie de chefs-d'œuvre du waka (tanka) classique


Cette conférence s'appuie sur le livre publié aux Editions Les Belles Lettres en 2015. Michel Vieillard Baron est professeur à l'INALCO (Institut National des Langues et Civilisations Orientales de Paris) - lien vers sa biographie

16h – 17h : conférence «Tanka-prose et haïbun », par Danièle Duteil et Meryem Fresson 

Conférence pour deux voix autour de deux genres qui se ressemblent, et s'assemblent ? Tanka-prose et haïbun (prose et haïku) se répondent pour mieux souligner ce qui les oppose et les unit.

17h à 19h : Evolution de la poésie japonaise, animé par ISHIDA Ikuo et ONO Michio, de la Revue Kokoro no hana, de Tokyo


Vendredi soir, à 19h30 : soirée inaugurale, en présence d'un Représentant du Consulat général du Japon et de la Ville de Martigues. Puis lancement des livres autour du tanka :

- Anthologie de tanka janponais modernes, sous la direction du Professeur Ono et de Idkuo Ishida, éditions du tanka francophone
- Anthologie du tanka francophone, sous la direction de Patrick Simon, éditions du tanka francophone
- Lèvres litchis, recueil de tanka de Martine Gonfalone-Modigliani, éditions du tanka francophone
- La sandale qui vieillit, 114 tanka, de Salvatore Tempo, éditions du tanka francophone
- Tanka - introduction à la poésie brève, de Alhama Garcia et Patrick Simon, éditions Pippa

Samedi, 10 octobre, de 10h à 12h :

- Ginko au Grand Parc de Figuerolles :

Cela permet autour d’une ballade d’écrire des poèmes et d’organiser un kukaï (vote sur les poèmes) l'après-midi, jusqu'à 16h.

Spectacle samedi 16h à 17h à la Maison du Tourisme

- Spectacle sur la vie et l’œuvre du poète japonais Takuboku

par Martine Gonfalone-Modigliani / musique shamisen par Fabien Gonfalone

Samedi, à 20h : Repas des festivaliers, chez Gusto café, l'un des établissements du Top Chef, Fabien Morealle


Dimanche 11 octobre

10h à 12h : Atelier Image et poésie (Danièle Duteil et Meryem Fresson)

14-17h : Table-ronde sur les évolutions du tanka, avec notamment  Alhama Garcia, Patrick Simon.

Et durant tout le festival :


-Exposition Le dialogue des archipels ( pantoun versus tanka ) de la Revue Pantun Sayang, de l’Association Française du Pantoun), avec illustrations de Nathalie Dhenin
- Exposition Le tanka dans la francophonie

Et librairie à la Maison du Tourisme sur les livres autour du tanka, organisée par la Librairie l'Alinéa qui tiendra ce stand.

ET IL Y AVAIT En AMONT DU FESTIVAL


Deux concours : 

- Concours de tanka (thème : la lumière) ; date limite d'envoi 31 août 2015 ; envoyer un seul tanka uniquement sur cette page

- Concours de tanka-prose : Le concours est terminé !

Un atelier d'écriture à la Médiathèque de Martigues

- Ateliers d'écriture en amont du festival à la médiathèque Louis Aragon, entre juin et septembre : Nous n'acceptons plus d'inscription

- Exposition sur l'histoire du tanka francophone, avec illustrations de Nathalie Dhenin, à la Médiathèque Louis Aragon, à partir du 15 mai 2015 et elle sera à la Maison du Tourisme de Martigues, lieu du festival, entre le 9 et le 11 octobre.

Pendant les journées du patrimoine, le dimanche 20 septembre, une ballade autour du Baroque et du poème court, avec le Photoclub de Martigues et des animateurs du poème court, le tanka.        

Voir la présentation officielle sur le  site des Journées du patrimoine 

Articles sur le festival :
Destimed

Quelques photographies du festival
Danièle Duteil à l'atelier Image et poésie Meryem Fresson animant l'Atelier Image et poésie
Meryem Fresson et son auditoire
Atelier calligraphie Atelier calligraphie

Conférence de Michel Viellard-Baron sur le waka Conférence de Michel Viellard-Baron sur le waka
Michel Viellard-Baron au festival de tanka
Un public de tous âges pour nos conférences sur le tanka Michel Viellard-Baron attentif aux questions de la salle
Pendant la conférence sur le waka de Michel Viellard-Baron Soirée officielle : en présence du Consul adjoint du Japon à la culture, des Elus de la Ville de Martigues
Des échanges avec le Consul adjoint à la culture (au centre) Lancement du recueil "Lèvres litchis"
de Martine Gonfalone-Modigliani
Lancement de l'anthologie japonaise de tanka modernes Lancement du recueil "Lèvres litchis" de Martine Gonfalone-Modigliani
symposium sur le tanka japonais spectacle sur le poète Takuboku
Symposium sur le tanka japonais Spectacle sur le poète Takuboku
Public attentif au symposium japonais sur le tanka Bôyô Okuda lisant Takuboku
Lecture de poèmes en japonais
Bôyô Okuda lisant en japonais des poèmes de Takuboku Kakaï dans le Parc Figuerolles
Kakaï
Kakaï dans le Parc Figuerolles Au Parc Figuerolles : les Duteil
des livres dans la ville
Des livres offerts aux Martégaux écriture de tanka au Parc Figuerolles